Category: PORTRAIT D’ATHLETES

Cédric Nayl : courir, un exutoire…

IMG_4713

Cédric Nayl, 40 ans – Marié – Responsable commercial – Vis à Josselin d’où il est originaire – Signe astrologique : cancer.

De quand date votre première licence à l’ACRLP ? Et pourquoi avez-vous choisi l’ACRLP ?

Ma première licence date il me semble de 1989. Elle était à Pontivy à l’époque. C’est un copain de Josselin qui avait intégré le lycée sur Pontivy qui m’avait convaincu de signer avec lui. Je me souviens du départemental de cross qui devait être à Locminé. Je garde un vague souvenir du lieu mais il me semble que ce devait être près de l’abattoir Jean Floc’h.

J’ai d’avantage aimé la saison d’athlétisme qui a suivi. Je passais sous les 3’ sur 1 000 m à l’époque mais je me faisais exploser par Christophe Mallardé et Laurent Guillemin qui claquaient des chronos en dessous de 2’40’’, 2’36 il me semble.

Pourquoi courez-vous ? Qu’est-ce que cela vous apporte ?

Je cours pour avoir un exutoire. La course à pied me permet de me libérer au niveau du stress, d’aborder les problèmes avec plus de réflexions. D’ailleurs, je cours beaucoup en ce moment et ce n’est pas bon signe…

C’est quoi votre spécialité dans la discipline (le fond ? La vitesse ? Un lancer ? Etc.) ?

Je vais prendre part davantage à des courses sur route. Je suis volontaire pour remettre un dossard pour les cross mais mon corps l’est beaucoup moins.

Les inters-clubs m’ont aussi fait découvrir une discipline qui est la marche. J’avoue que j’aime bien. Le groupe de marcheurs au sein du club est vraiment sympa. La preuve en est, j’ai convaincu Marielle (ma femme) de s’y mettre.

Depuis que vous courez à l’ACRLP, quelle est, pour vous, votre meilleur résultat ou votre plus belle course ? 

Je vais revenir à plus de 12 ans en arrière. En 2004 où j’ai fait 1h16 sur le semi de Paris et 2h46 sur le marathon de Paris.

Quels sont vos objectifs sportifs à court terme ?

J’aimerais bien pouvoir refaire moins de 37’ sur un 10 km. Mais je ne sais pas où et quand. Il me reste à me poser et à planifier cet objectif. Il ne faut pas que j’attende trop quand même…

Votre point fort dans la discipline ?

Je n’ai pas de réponse à donner car je n’en ai pas donc je réponds n’importe quoi. Sorry ! L’échauffement ?

Et votre point faible ? Là où vous vous devez de vous améliorer…

 Même chose que la question précédente. Je dirais, la récupération.

Vous mangez quoi avant une course ?

Poisson ou viande blanche avec des féculents. Et pour finir un fruit.

Heureusement que la question n’était pas ce que je mange après une course !

C’est qui votre « pote » d’entrainement ? Celle ou celui avec qui courir est un plaisir ?

Là ca va être long ! Mais celle avec qui je préfère courir, c’est évidement Marielle (comme ça je vais éviter les problèmes, lol).

Sinon j’aime partager les séances avec les Joyeux Joggeurs Josselinais entraînés par Alain Guillot.

Régulièrement, j’apprécie aussi de retrouver Olivier Guillot (un ancien du club) avec qui je peux faire de bonnes séances.

Quand vous ne courez pas, vous faites quoi (autre(s) loisir(s)) ?

Je passe du temps avec mes enfants.

J’aime aussi faire du vélo et nager. Avec ça, je prends part à quelques triathlons certaines années.

Cédric Raffin : « la course, le dépassement de soi »

Cédric Raffin Cross

Cédric Raffin – 29 ans – En couple depuis 7 ans avec Amélie et pacsé depuis 2 ans – Employé administratif/gestion – Vis à Moréac – Originaire de Ploërmel – Signe zodiacal : gémeau.

 

–  De quand date votre première licence à l’ACRLP ? Et pourquoi avez-vous choisi l’ACRLP ?

Ma première licence à l’ACRLP date de février 2014. J’ai signé à L’ACRLP car c’est le club du secteur, qui a une bonne image et dont on voyait les actualités dans la rubrique sportive de la presse locale.

– Pourquoi courez-vous ? Qu’est-ce que cela vous apporte ?

Je cours car pour moi, le sport fait partie intégrante de ma vie, c’est essentiel. Courir, j’ai toujours aimé ça (j’ai joué 20 ans au foot avant) ; ça permet de se vider la tête et surtout ce que j’apprécie, c’est le dépassement de soi. Toujours aller chercher au plus profond de moi-même. Dans la course, mon objectif principal est de m’entraîner dur, pour progresser jour après jour et aller chercher des chronos toujours de plus en plus bas.

– C’est quoi votre spécialité dans la discipline (le fond ? La vitesse ? Un lancer ? Etc.) ?

Ma spécialité est le demi-fond (10 km, etc)

 – Depuis que vous courez à l’ACRLP, quelle est, pour vous, votre meilleur résultat ou votre plus belle course ?

En seulement 2 ans de course à pied, j’ai déjà vécu de beaux moments, comme la montée magique aux interclubs en 2015, dans une grande ambiance, mais aussi mon premier 10km en 35 mn à Rennes. Mais je dirais mon tout premier semi-marathon à Paris en mars dernier avec les copains. Pour une première, il n’y avait pas mieux comme lieu que Paris, avec une belle ambiance tout le long du parcours, une foule impressionnante, et un bon chrono de 1 h 19.

 – Quels sont vos objectifs sportifs à court terme ?

Mes objectifs à court terme sont d’être en 34 mn sur 10 km (record en 35’24 à Laval en octobre 2015) et continuer de prendre du plaisir, car sans plaisir pas de résultat.

– Votre point fort dans la discipline ?

Ma motivation, je ne lâche rien !

– Et votre point faible ? Là où vous vous devez de vous améliorer…

La régularité en course, toujours un moment un peu moins bien sur une course, (par exemple du 6e au 8e km sur un 10 km) et un manque de confiance en moi.

– Vous mangez quoi avant une course ?

Généralement des pates avec du blanc de poulet, et une compote entre 3 et 4h avant.

– C’est qui votre « pote » d’entrainement ? Celle ou celui avec qui courir est un plaisir ?

Nous avons un bon groupe de demi-fond avec une très bonne ambiance où nous faisons les séances en commun. Après pour les footing etc. je suis principalement avec Tony et Jonathan, sans oublier quelques sorties avec mon pote Damien Audo qui court au club de Quéven et avec qui j’ai commencé la course à pied. Puis de temps en temps, je vais avec ma chérie Amélie.

 – Quand vous ne courez pas, vous faites quoi (autre(s) loisir(s)) ?

 Toujours dans le sport : je fais du vélo, j’aime aussi regarder les matchs de foot, le biathlon, le cyclisme… Puis j’adore cuisiner, passer du temps avec la famille et les amis…

 

Ludovic Josse : « à part la course à pied, je fais du fromage et je dors ! »

IMG_3693

Ludovic Josse

39 ans – PACSE – 2 enfants – paysan fromager – originaire et réside à la Croix-Helléan.

–  De quand date votre première licence à l’ACRLP ? Et pourquoi avez-vous choisi l’ACRLP ?

« J’ai signé ma première licence en junior 1  (18 ans je crois) grâce à Jean Yves Audo. Je participais aux cross scolaires et Jean-Yves, qui était mon facteur, m’a embrigadé à l’ACRLP !  Ensuite, j’ai découvert le club, son équipe junior de cross et Rémi Bellec.

– Pourquoi courez-vous ? Qu’est-ce que cela vous apporte ?

« Parce que ça va plus vite qu’en marchant ! Pour être sérieux, je cours pour le plaisir de faire des footings dans les bois.  C’est agréable d’avoir les capacités physiques pour découvrir de nouveaux chemins, de nouveaux endroits. Je me perds souvent mais je me retrouve toujours !

Mais j’adore aussi le côté compétition ; Jusqu’où je peux pousser la machine (le poney), Comprendre les séances d’entraînements, se fixer des objectifs.

Le revers de la compétition, c’est que je fini souvent blessé avant d’atteindre les objectifs ».

– C’est quoi votre spécialité dans la discipline (le fond ? La vitesse ? Un lancer ? Etc.) ?

« C’est le cross. J’adore ça. C’est la « baston ». Tous les coureurs, du demi fond jusqu’au traileur, sont au départ. Il faut une grosse préparation physique et un bon mental pour faire sa place.

Mon autre spécialité, c’est le saut à la perche mais je n’ai pas encore commencé ! »

– Depuis que vous courez à l’ACRLP, quelle est, pour vous, votre meilleur résultat ou votre plus belle course ? 

« Mes meilleures souvenirs sont en cross. Cette année au cross de Saint-Avé, un dernier tour de folie avec Jacques (Emeraud). On se retrouve deuxième et troisième avec le luxe d’en profiter dans la dernière ligne droite. On aurait dit deux cadets qui montent sur le podium !

Dans des temps plus lointains, ma quatrième place en junior au championnat de Bretagne de cross. Une dernière ligne droite avec un public qui vous hurle dessus : inoubliable ! Jamais je n’aurai cru être capable de faire une telle place avant la course. Quinze jours plus tard, rebelote, je fais 4e aux inters et l’équipe junior de l’ACRLP est championne ».

– Quels sont vos objectifs sportifs à court terme ?

« Me reposer après la saison de cross ».

– Votre point fort dans la discipline ?

« Courir au train ; le semi-marathon de Malestroit !

– Et votre point faible ? Là où vous vous devez de vous améliorer…

« J’encaisse mal les départs trop rapides. Et les arrivées au sprint. Je n’ai vraiment aucune pointe de vitesse ».

– Vous mangez quoi avant une course ?

« Je mange 4 heures avant la course : des pâtes avec des crudités ».

– C’est qui votre « pote » d’entrainement ? Celle ou celui avec qui courir est un plaisir ?

« Je cours souvent tout seul et j’aime bien ça.

Pour les séances clés, je cours avec Jacques (Colona). C’est lui qui gère mes plans d’entraînement qui m’ont bien fait progresser depuis 3 ans.

On a le même niveau et on s’est sacrement aidé cet hiver sur les séances difficiles.

– Quand vous ne courez pas, vous faites quoi (autre(s) loisir(s)) ?

« Je fais du fromage et je dors ! »

Tugdual Grignon, « jeune » sociétaire du club

 

course

Tugdual Grignon

38 ans – Célibataire – Agriculteur et ingénieur Chargé d’Affaires en Installations Electriques chez Socotec (2 jrs/semaine) –  Habitant le lieu-dit « La Mare Aux Canes », à Radenac – Signe zodiacal : balance.

– Depuis  quand date votre première licence à l’ACRLP ? Et pourquoi avez-vous choisi l’ACRLP ?

« Jeune sociétaire » de l’ACRLP depuis le mois d’août 2015. C’est ma première licence senior. Pourquoi l’ACRLP ? Donné les détails serait très long….Mais avant tout, parce que j’y ai couru un an quand j’étais « très » jeune, 13/14 ans je crois, avec Rémy Bellec. A l’époque, c’était pratique d’aller à Locminé vu que j’habitais Radenac. Alors la proximité est une des raisons d’avant et encore d’aujourd’hui.

J’ajouterai qu’après une longue période d’inactivité sportive (10 ans), j’ai mis les running(s) et ai commencé à croiser l’ACRLP ! Plus spécialement Rémy (deux occasions) ; Jacques qui m’avait « piqué » des terres agricoles pour le cross de l’UGSEL ! Et enfin Fred et Anthony qui étaient en train de faire leur récup’ après Cruguel /Josselin 2015, et qui sont venus me rendre une petite visite…

Je voulais pourtant épargné les détails….. Mais le choix pour l’ACRLP est au final, la résultante : d’échanges avec Jacques, Colona pour les intimes….

– Pourquoi courez-vous ? Qu’est-ce que cela vous apporte ?
En premier lieu parce que c’est ma bouée d’oxygène pour évacuer « les différentes pressions »  du milieu professionnel : bref quand je cours (hors compétition évidemment), je décompresse…

Ensuite, depuis le 1er jour où j’ai participé à une course officielle  (le 7 juillet 2012), je n’ai quasiment jamais régressé. Je dirais donc que l’amélioration, les progrès continus sont une forme de satisfaction personnelle.

Enfin, aujourd’hui, avec l’ACRLP, courir avec les copains, c’est sympa. J’aime me retrouver au stade, à la butte, aux compétitions de cross ! J’adore l’ambiance générale.

– C’est quoi votre spécialité dans la discipline (le fond ? La vitesse ? Un lancer ? Etc.) ?

Modestement, je dirais courir au train, après….tout dépend de la vitesse du train !

– Depuis que vous courez à l’ACRLP, quelle est, pour vous, votre meilleur résultat ou votre plus belle course ? 
Vu que je cours que depuis le mois d’août 2015, je pense que le meilleur est à venir….en tous cas j’espère ! Ce que je considère comme mon meilleur résultat, c’est peut être ma troisième place aux foulées de Réguiny (c’est presque chez moi !) en octobre 2015. Parce que j’ai vraiment du me battre pour l’avoir cette place, et aussi parce que j’avais écouté à la lettre les consignes du coach, et çà à payer.

 – Quels sont vos objectifs sportifs à court terme ?

Battre Ludo Josse et Jacques ! Mdr…..plus sérieusement, faire une nouvelle saison de cross aboutie.

– Votre point fort dans la discipline ?

Ma combativité.

– Et votre point faible ? Là où vous vous devez de vous améliorer…

Y en a plusieurs… alors je prends le plus fort des points faibles : la rapidité.

– Vous mangez quoi avant une course ?
Du poulet avec des patates, riz au lait et pomme.

– C’est qui votre « pote » d’entrainement ? Celle ou celui avec qui courir est un plaisir ?
Là c’est un peu difficile pour répondre, compte tenu de ma récente arrivée dans le club. Mais aujourd’hui c’est Jonathan (Quéro) pour les entranements. Celui avec qui courir est un plaisir, un peu tous les gars que je vois souvent à l’entrainement : Jacques, Christophe (Vanoc), Frédéric (Brien), Jonathan, Anthony (Desnos), Xavier (Etienne), Cédric (Raffin). Autre pote, Sébastien Gauthier, avec qui j’ai pu courir lors de course à pied sur route,

– Quand vous ne courez pas, vous faites quoi (autre(s) loisir(s)) ?

Le vélo, la plage, les promenades sur les sentiers côtiers…et …..Courir après les vaches !

 

Fred Brien : « Mon plus beau souvenir ? Le marathon de Paris »

11100858_10153610263057923_703745771_n

Frédéric Brien

37 ans, marié, 2 enfants (Enzo et Candyce) –  réside à Moustoir-Ac – Technico-commercial sédentaire dans la fourniture industriel chez SEFI à Vannes (56).

De quand date votre première licence à l’ACRLP ? Et pourquoi avez-vous choisi l’ACRLP ?

Ma première licence, je l’aie signée en 2004 après une quinzaine d’années dans le cyclisme. ( Club Olympique cycliste de Locminé et AS Kerpont Hennebont).

J’ai choisi l’ACRLP car c’est le club d’athlétisme sur la région de Locminé.

Pourquoi courez-vous ? Qu’est-ce que cela vous apporte ?

Je cours pour la compétition. Battre mes records, préparer mes objectifs etc. J ‘adore ça !

Après avoir arrêté le vélo, je me suis mis à courir. Un bien être facile d’accès : une paire de running et c’est parti.

Dans la nature, seul ou accompagné, on déconnecte facilement après une journée de travail.

C’est quoi votre spécialité dans la discipline (le fond ? La vitesse ? Un lancer ? Etc.) ?

Ma discipline est le demi-fond . Après avoir fait de bons chronos sur 3 000 et 5 000 m (8’53 et 15’13).

Maintenant, je pars plus sur le semi-marathon et le marathon. Sans oublier le 10 kilomètres et le cross-country !

Plus les saisons passent et plus j’adore ça… Je ne voudrais pas louper un Bretagne de cross

Depuis que vous courez à l’ACRLP, quelle est, pour vous, votre meilleur résultat ou votre plus belle course ?

Mon plus beau souvenir est le marathon de Paris 2015 (2h38) sans hésitation. Deux mois de préparation avec Ludo Rio et Anthony Le Bot. Une course magnifique et des larmes à l’arrivée devant ma petite famille. C’était énorme !

La semaine qui a suivie, a été dur, tellement on avait mis une grosse partie de notre temps dans cette préparation. Ça été dur de décrocher de la course à pied (c ‘était la coupure !)

Quels sont vos objectifs sportifs à court terme ?

Mon deuxième marathon à Francfort (Allemagne) fin octobre 2016.

Votre point fort dans la discipline ?

Je dirai le dernier kilomètre d’une course (à partir du 10 kilomètres !).

Et votre point faible ? Là où vous vous devez de vous améliorer…

Les parcours de cross avec énormément de relances en épingles à cheveux.

Vous mangez quoi avant une course ?

Je mange 5 heures avant : des pâtes, du jambon, des fruits.

C’est qui votre « pote » d’entrainement ? Celle ou celui avec qui courir est un plaisir ?

Ce n’est pas une personne en particulier mais le groupe d’entrainement qui existe depuis 3 ans à Locminé. Quelle plaisir de s’entraîner quand on part à 25 athlètes même avec plusieurs niveaux différents.

Quand vous ne courez pas, vous faites quoi (autre(s) loisir(s)) ?

La famille, les vacances et le sport (cyclisme, athlé, biathlon). J’aime bien suivre l’actualité de ces sports.

Mickaël Offret : un super groupe de copains

IMG_5944

Mickaël Offret
Vice-président de la section locminoise mais également du club maître – 32 ans – célibataire – chargé de missions sur le pays de Ploërmel – originaire de Plaudren – réside à Locminé – signe du lion.

 De quand date votre première licence à l’ACRLP ? Et pourquoi avez-vous choisi l’ACRLP ?
Je suis licencié depuis 3 ans après une rencontre avec Martine Lamour.
 Pourquoi courez-vous ? Qu’est-ce que cela vous apporte ?
Je cours car ce sport m’aide à bien vivre, et on a formé un super groupe de copains surtout en demi-fond.
C’est quoi votre spécialité dans la discipline (le fond ? La vitesse ? Un lancer ? Etc.) ?
Je suis maintenant plutôt adepte du trail et du raid (course longue).
Depuis que vous courez à l’ACRLP, quelle est, pour vous, votre meilleur résultat ou votre plus belle course ? 
Mes meilleurs souvenirs sportifs à l’ACRLP sont les 40 mn 50 sur 10 km à Tout Rennes Court, mais également ma prestation au raid du golfe en 2015 et mes 4e et 5e place sur le duathlon de Plaudren avec mon pote, Thierry Hays également licencié et trésorier.
Quels sont vos objectifs sportifs à court terme ?
Mes objectifs sont de me perforrmer dans le raid et continuer à descendre en temps sur le 10 km avec la préparation hivernale.
Votre point fort dans la discipline ? 8 – Et votre point faible ? Là où vous vous devez de vous améliorer…
Il faut que je fasse du gainage et plus de séances de piste pour la vitesse.
Vous mangez quoi avant une course ?
4 heures avant une course, c’est du poulet avec des pâtes au blé complet.
C’est qui votre « pote » d’entrainement ? Celle ou celui avec qui courir est un plaisir ?
J’aime courir avec tous les copains : les deux Tony, Zaza, Fred, Christophe, Kirikou, Cédric, Didier Keja, Steph, Manu, Thierry, Tugdual, Sophie… Avec une mention spéciale à Renardeau (Ludo Rio) !
Quand vous ne courez pas, vous faites quoi (autre(s) loisir(s)) ?
Hormis la course à pied, je pratique la natation et la chasse.

Julien Gombaud à la recherche du geste le plus efficace possible…

Gombeau

Julien Gombaud

33 ans – Pacsé avec Virginie Thomas – 2 enfants – enseignant et entraîneur à l’ACRLP (section Pontivy) – réside à Mûr-de-Bretagne – Originaire de Nivillac.

De quand date votre première licence à l’ACRLP ? Et pourquoi avez-vous choisi l’ACRLP ?

Si je me rappelle bien ma première licence date de 1999. J’ai choisi l’ACRLP grâce à Cédric Morio et à Judikaël Guillevic, alors athlètes du club et que j’ai rencontré au lycée Saint-Paul de Vannes. Ayant eu accès pendant plusieurs années à un sautoir en hauteur dans mon petit village du sud de la Bretagne, j’ai longtemps sauté en autodidacte et j’ai toujours adoré ça. Cédric et Judikaël m’ont convaincu de signer à l’ACRLP.
Nivillac est très loin de Locminé et encore plus de Pontivy mais le club faisait venir toutes les semaines un entraîneur sur Vannes où nous étions internes. Cette démarche a pesé dans mon choix.

Pourquoi courez-vous ? Qu’est-ce que cela vous apporte ?

Ce que j’aime dans l’athlétisme, c’est avant tout que ce sport permet de ne se confronter qu’aux objectifs de performance que l’on se fixe. L’autre athlète n’est pas un adversaire mais une motivation supplémentaire pour m’aider à atteindre mes objectifs.
J’aime également la recherche du geste le plus efficace possible. Je considère que c’est une belle utopie.

C’est quoi votre spécialité dans la discipline (le fond ? La vitesse ? Un lancer ? Etc.) ?

Je suis avant tout sauteur en hauteur et je fais des haies hautes.

Depuis que vous courez à l’ACRLP, quelle est, pour vous, votre meilleur résultat ou votre plus belle course ? 

Depuis 1999, je considère que ma meilleure performance est ma victoire au meeting de Vannes en 2005 où j’ai franchi pour la première fois (et d’ailleurs l’unique fois) les 2 mètres à la hauteur.

Quels sont vos objectifs sportifs à court terme ?

Mon objectif 2016 est de franchir 1 m 90 à la hauteur. Je me pose également la question de tenter une saison estivale de triple saut.

Votre point fort dans la discipline ? Et votre point faible ? Là où vous vous devez de vous améliorer…
Mes qualités de pieds sont certainement mon principal atout et me permet de compenser (un peu) mon déficit de puissance.

Vous mangez quoi avant une course ?

En général, je ne mange pas ou peu avant la course où le concours. Mes épreuves me permettent cela.

C’est qui votre « pote » d’entrainement ? Celle ou celui avec qui courir est un plaisir ?

Lorsque j’ai commencé l’athlé, c’était Cédric Morio qui est devenu par la suite mon préparateur physique l’année où j’ai passé le concours pour devenir enseignant.
Par la suite, je me suis beaucoup entraîné seul, à Tours où à Corbeil-Essonnes où ma vie professionnelle m’a mené.
Aujourd’hui, je n’ai malheureusement pas beaucoup de temps pour m’entraîner mais je prends beaucoup de plaisir à souffrir avec le super groupe d’athlètes que j’entraîne.

Quand vous ne courez pas, vous faites quoi (autre(s) loisir(s)) ?

Après les entraînements, mon travail d’enseignant, les stages hauteur que j’anime pour l’ETR, il me reste du temps pour en partager un maximum avec ma famille.
Je pratique aussi la guitare et le jonglage.

Sophie Blain : la course à pied ? Un puits d’enseignements sans fond !

IMG_5915

Sophie Blain

25 ans, en couple – employée de banque – Réside et est native de Remungol – Signe zodiacal : gémeaux.

De quand date votre première licence à l’ACRLP ? Et pourquoi avez-vous choisi l’ACRLP ?

Ma première licence date de 2013. C’est la première licence de sport que j’ai pris de toute ma vie ! C’est le seul sport que j’ai pratiqué en dehors du cadre scolaire… Avant d’y venir, je n’avais jamais fait de cross, même pas au collège, je n’avais jamais mis de pointes, et pour moi la PPG était un nom barbare pour designer une pratique d’entrainement faite pour les athlètes de haut niveau…
Avant d’arriver « au stade », j’ai écumé toutes les courses du secteur, et toutes les distances, sans logique, et toute seule, pendant environ un an.
Un jour, au Trail de Quénécan, quelques mois après m’être mise à courir toute « dépareillée », Chrystelle Corbel de Naizin, qui courrait avec son mari, Martine ét Dédé Lamour, m’a alpagué afin de me proposer de venir courir avec eux, car je « souffrais » de la solitude… Elle portait le maillot du club ! J’étais très dubitative car je ne voulais pas du tout faire des courses « à fond », sous un maillot, à « devoir » rapporter des points. L’image des clubs n’était pas des plus rayonnantes dans mon estime à cette époque. C’est pour ça que j’ai voulu voir avant toute chose, et c’est via le groupe de Kerguehennec, que j’ai goûté aux entraînements collectifs, aux sorties groupées, le tout dans une très bonne humeur.
 
Pourquoi courez-vous ? Qu’est-ce que cela vous apporte ?

J’ai commencé à courir parce que je ne faisais plus de sport en études supérieures et physiquement, je ressentais le besoin ! Et puis pour le défi car je m’étais inscrite sur les 56 km du Trail du Golfe, au premier de l’an…
Lorsque j’ai commencé à courir, c’était dans un but d’hygiène et pour le défi… Une fois que j’avais atteint ces deux objectifs, j’ai été très satisfaite. Mais c’est vite devenu impératif de courir, de continuer, l’envie était là. C’est devenu une habitude, et un pur plaisir ! Et puis rapidement, j’ai encore plus développé le gout de la performance : je suis de nature « challengeuse ». En groupe, j’ai appris à courir, et m’entrainer… Me revoilà retournée 10 ans en arrière, presque ! J’en apprends tous les jours, sur la course, les effets de chaque entraînement, sur moi… C’est un puits d’enseignements, sans fond !
Aujourd’hui c’est avec énormément de plaisir que je cours sous les couleurs du club car je me sens membre à part entière du groupe tout aussi riche de ces licenciés, tant dans les disciplines, les âges, les horizons… C’est un « melting pot » d’individualités poussés par une même envie qui me pousse à apporter ma pierre !
Et puis faire partie d’une communauté aide les jours où ça ne va pas : on n’est pas tout seul !

C’est quoi votre spécialité dans la discipline (le fond ? La vitesse ? Un lancer ? Etc.) ?

Je pratique le cross et le 10 km.

Depuis que vous courez à l’ACRLP, quelle est, pour vous, votre meilleur résultat ou votre plus belle course ? 

Mon meilleur temps a été fait aux 10 km d’Erdeven en 2013, j’ai fait 43’04 !
Quant à mon meilleur souvenir, c’était durant le championnat de cross ; mon premier Bretagne à Rennes. Non ! Le Pré-France de St-Marc, l’année passée. J’ai réussi a encaissé les entraînements, les cotes, la PPG, le temps et j’ai réussi à aller aux demies finales ! Quelle fierté ! Et puis courir avec des champions est salutaire ! Aurore Guérin a fini loin devant moi, mais à la hauteur de mes moyens, j’ai réussi à mettre le pied dans la cour des grands, et j’espère  bien y retourner !

Quels sont vos objectifs sportifs à court terme ?

Mes objectifs à court terme : soigner ma blessure ! Aujourd’hui je traîne mon mal de pied depuis la reprise d’entrainement, après le départemental. Je me fais soigner mais ça ne suffit pas… J’ai hâte de pouvoir rependre !

Votre point fort dans la discipline ?

Je suis toujours motivée !

Et votre point faible ? Là où vous vous devez de vous améliorer…

J’ai du mal a être patiente ! Un objectif ne s’atteint pas en quelques sorties… Derrière un objectif se trouve toute une saison qu’il faut construire !

Vous mangez quoi avant une course ?

Du riz et des fruits.

C’est qui votre « pote » d’entrainement ? Celle ou celui avec qui courir est un plaisir ?

Mon « pote » d’entrainement est aussi mon ami ; Ludovic Rio. C’est un vrai et grand plaisir de courir ensemble car même si les allures ne sont pas les mêmes, la base de nos sorties est avant tout de passer ce temps ensemble !
Et puis, quand je suis blessée, nous continuons à nous entraîner ; pendant qu’il court, je l’accompagne en vélo ! C’est un tout autre effort, mais ça me permet de rester dans la dynamique, et de toujours parler.

Quand vous ne courez pas, vous faites quoi (autre(s) loisir(s)) ?

Je fais du vélo, aussi de la natation (en temps de blessures), et puis j’aime bien faire de la cuisine. Je suis une vraie mordue !
Jouer aux jeux de société est quelque chose que nous faisons aussi très régulièrement !

Bruno Coër : courir lui apporte calme et sérénité

IMG3584

Bruno Coër
55 ans – chauffeur livreur – réside à Saint-Thuriau – Natif de Mûr-de-Bretagne – signe zodiacal : gémeaux.

De quand date votre première licence à l’ACRLP ? Et pourquoi avez-vous choisi l’ACRLP ?
De 1998. Un copain de triathlon m’a présenté à Rémi Le Yaouanq et comme je voulais faire du cross, j’ai fait ma licence.
Pourquoi courez-vous ? Qu’est-ce que cela vous apporte ?
J’ai toujours aimé courir. Ça m’apporte le calme et la sérénité.
C’est quoi votre spécialité dans la discipline (le fond ? La vitesse ? Un lancer ? Etc.) ?
Le demi-fond.
Depuis que vous courez à l’ACRLP, quelle est, pour vous, votre meilleur résultat ou votre plus belle course ? 
Au semi-marathon de St-Pol-Morlaix avec un chrono record pour moi de 1h16 mn.
Quels sont vos objectifs sportifs à court terme ?
Je ne me fixe aucun objectif.
Votre point fort dans la discipline ?
Les cross-country.
Et votre point faible ? Là où vous vous devez de vous améliorer…
Résister et ne pas m’enflammer quand je suis en très grande forme !
Vous mangez quoi avant une course ?
Rien de spécial…
C’est qui votre « pote » d’entrainement ? Celle ou celui avec qui courir est un plaisir ?
Gilles Guillemot et Anthony Le Hénanff.
Quand vous ne courez pas, vous faites quoi (autre(s) loisir(s)) ?
Je chasse, je jardine et je fais un peu de vélo.

Thierry Collet : avec Annie et son chien Viatka

IMG_3264

Thierry Collet,
45 ans – en couple – ouvrier – Habite à Locminé/St Avé – originaire de Moustoir-Ac – signe zodiacal : taureau

–  De quand date votre première licence à l’ACRLP ? Et pourquoi avez-vous choisi l’ACRLP ?
Depuis 1991. La faute à mon voisin….Rémi Bellec !

– Pourquoi courez-vous ? Qu’est-ce que cela vous apporte ?
Pour le bien être, le besoin de me dépenser. C’est un exutoire pour le boulot. Allier aussi compétition et loisirs (vacances). Et le fait de pouvoir partager avec ma compagne la même passion . Beaucoup d’émotions aussi…
– C’est quoi votre spécialité dans la discipline (le fond ? La vitesse ? Un lancer ? Etc.) ?
Le cross, le fond (marathon…).
– Depuis que vous courez à l’ACRLP, quelle est, pour vous, votre meilleur résultat ou votre plus belle course ? 
En fait, deux dates retiennent mon attention : février 95 avec la qualification à Vire pour le France de cross ; et janvier 2013 avec le titre de champion de Bretagne vétérans à Plouay… avec la manière !
– Quels sont vos objectifs sportifs à court terme ?
Toujours prendre du plaisir.
– Votre point fort dans la discipline ?
Le mental à l’entrainement. Et croire en soi en compétitions.
– Et votre point faible ? Là où vous vous devez de vous améliorer…
Arrivé à un âge, on espère juste pouvoir courir le plus longtemps possible et perdre le moins de temps possible à chaque année qui passe…
– Vous mangez quoi avant une course ?
Des crêpes !
– C’est qui votre « pote » d’entrainement ? Celle ou celui avec qui courir est un plaisir ?
Avec Annie, ma compagne et Viatka, mon chien.
– Quand vous ne courez pas, vous faites quoi (autre(s) loisir(s)) ?
Du vélo pour rester dans le sport. Sinon, je bricole ou je jardine.