1er tour des Interclubs : l’ACRLP en tête peut viser la Nationale 2 !

Le premier tour des Interclubs d’athlétisme qui s’est déroulé sur la piste en tartan d’Auray, a, une nouvelle fois, permis à l’ACRLP de faire preuve d’un formidable esprit d’équipe.

En tête de la N2

En Nationale 3, l’équipe 1 a largement atteint son objectif en engrangeant plus de 40 253 points. Elle s’offre, en l’occurrence une belle victoire au classement général devançant très largement son dauphin, le CPB Rennes (35 800 pts). Ce qui lui assure le maintien pour la prochaine saison à ce niveau. Mais qui lui ouvre les portes d’une possible accession en N2. « On peut y croire. Tout dépend aussi des autres. Mais on a un groupe très jeune qui nous permet aussi et surtout de regarder l’avenir sereinement », indiquent les deux Rémi (Le Yaouanq et Bellec).

L’équipe 2 réalise aussi un très bon résultat en Régional, en terminant deuxième de sa poule derrière le Trégor Goëlo Athlé.

L’esprit d’équipe

La force du club dans ce genre de compétition est, bien évidemment, sa capacité à aligner des athlètes dans la plupart des disciplines, du marteau à la perche, en passant par la marche et le steeple. Aux Interclubs, les athlètes sont parfois amenés à dépanner sur certaines disciplines qu’ils sont loin de maîtriser ! Mais c’est justement tout ce qui fait le charme de cette épreuve.

En tous les cas, l’ACRLP qui a été dernièrement récompensé sur le plan national (trophée), confirme sa volonté de faire de l’esprit d’équipe une de ses principales valeurs.

Des performances individuelles

On notera, cependant, qu’individuellement, certains athlètes ont réalisé de très belles performances en engrangeant des points précieux pour le classement général. Comme Jules Kerjean (espoir) qui bat son record personnel sur le 800 m avec un très beau chrono de 1’56 »04. Une performance de niveau IR1 (Interregional 1).

Très beau doublé aussi chez les filles sur le 3 000 m avec Claire Le Puil (nouveau record personnel en 10’26 »15) et Fatima Noguès (10’27 »67), deux chronos de niveau IR2. Un niveau (IR2) que l’on retrouve aussi chez deux garçons : Yvan Le Fur sur 400 m (51 »07) et Jérémy Bohélay sur le 1 500 m (4’03’14).

A noter aussi le beau total de points du 4 X 400 féminin avec Julie Queffélec, Elisa Gastineau, Marine Le Dour et Eliza Brohan qui l’emportent en 4’09 »79. Le classement général de la N2 : 1. ACRLP (40 253 pts), 2. CPB Rennes (35 841 pts), 3. Athlé Pays de Fougères (34 966 pts), 4. St-Pol-de-Léon (33 361 pts), 5. Pays de Landerneau (32 248 pts).

Le classement général de la N2 : 1. ACRLP (40 253pts), 2. CPB Rennes (35 841 pts), 3. Athlé Pays de Fougères (34 966 pts), 4. St-Pol-de-Léon (33 361 pts), 5. Pays de Landerneau (32 248 pts).

Les meilleures performances individuelles :

  • 861 pts : Jules Kerjean (ESM) 1’56 »04 sur 800 m.
  • 836 pts : Claire Le Puil (SEF) 10’26 »15 sur 3 000 m.
  • 831 pts : Fatima Noguès (MAF) 10’27 »67 sur 3 000 m.
  • 827 pts : 4 X 400 filles (Julie Queffélec, Elisa Gastineau, Marine Le Dour et Eliza Brohan) en 4’09 »79
  • 818 pts : Jérémy Bohelay (SEM) 4’03 »14.
  • 796 pts : Yvan Le Fur (JUM) 51’07 sur 400 m.
  • 794 pts : Elisa Gastineau (ESF) 61 »29 sur 400 m.
  • 782 pts : Romane Molé (CAF) 1 m 55 à la hauteur.
  • 780 pts : Maïwenn Pellé (JUF) 4’57 »70 sur 1 500 m.
  • 777 pts : 4 x 100 m filles (Enora Le Thuraut, Anna-Claire Prémont, Lilou Hombron et Romane Molé) en 53’33
  • 750 pts : Lisa Lesiourd (CAF) 2’25 »51 sur 800 m.
  • 750 pts : Anna-Claire Prémont (CAF) 2’25 »57 sur 800 m.
  • 727 pts : Marine Le Dour (ESF) 70’92 » sur 400 m haies.

TOUTES LES PHOTOS DE CE 1ER TOUR

TOUS LES RESULTATS DE L’EQUIPE DE N2

TOUS LES RESULTATS DE L’EQUIPE EN REGIONAL

L’ACRLP, seul club breton récompensé par la FFA !

A l’occasion du congrès national de la Fédération Française d’Athlétisme qui a eu lieu le vendredi 22 avril 2022 à Mulhouse, vingt-cinq clubs ont été mis à l’honneur. Et parmi eux, un seul club breton : l’ACRLP qui a été désigné par la Ligue de Bretagne.

Une très belle reconnaissance pour l’entente qui, rappelons-le, regroupe les sections de Pontivy, Locminé et Ploërmel. « Nous devons cette distinction au fait que durant cette dernière année de crise sanitaire, nous avons continué à être très actifs auprès de nos licenciés », fait savoir Rémi Le Yaouanq, l’un des encadrants du club. 

Des athlètes, des éducateurs et des bénévoles

Très actifs en poursuivant les séances d’entraînements mais également en étant très bien représentés dans toutes les compétitions qu’elles soient départementales, régionales et même nationales.

L’ACRLP avec ses sections de Locminé pour les championnats du Morbihan de cross-country et de Pontivy pour le championnat de Bretagne de cette même discipline, a aussi montré tout son savoir-faire en matière d’organisation avec un remarquable investissement de tous ses bénévoles.

Sur place à Mulhouse, Serge Rigot, arbitre fédéral du club, a reçu le trophée des mains de… Guy Drut, vice-champion olympique et ancien ministre des sports sous le gouvernement d’Alain Juppé.

Pour l’ACRLP, voilà, en tous les cas, une très belle reconnaissance qui revient, en premier lieu, à l’ensemble des entraîneurs et éducateurs sans qui, rien ne serait possible.

5 km sur route : Lou Bellec et Jules Kerjean, champions de Bretagne

La jeune délégation pontivyenne qui était engagée sur le 5 km de Landerneau.

Une délégation de jeunes athlètes de l’ACRLP s’est rendue à Landerneau pour participer à l’épreuve des 5 kilomètres, support des championnats de Bretagne.

Deux athlètes en sont revenus avec le titre suprême : Lou Bellec chez les cadettes qui boucle le parcours en 19’38 et Jules Kerjean chez les espoirs garçons, avec un chrono de 15’19 et une septième place au scratch d’une course remportée par le Rennais Pierre Couzinier.

Les autres résultats : Guillaume Dupré (6e junior en 16’43), Sacha Dufour (10e cadet en 18’26), Terry Lahaye (13e cadet en 18’51), Anna-Claire Prémont (5e cadette en 20’31), Adèle Le Gal (8e cadette en 23’18), Enora Le Thuaut (9e cadette en 23’45), Julie Queffélec (10e cadette en 24’28), Carla Le Corre (12e cadette en 26’08).

A noter encore qu’à St-Brieuc, lors de la 3e manche de marche du challenge Mario Gatti, la minime Romane Pichon a terminé 3e de la finale de l’épreuve des 3 000 mètres dans un chrono de 17’39 »96.

Ils ont donné le meilleur d’eux-mêmes au championnat de France de cross-country

Le relais U20, 4e des championnats de France avec Noa Le Gratiet, Anna-Claire Prémont, Lou Bellec et Guillaume Dupré.

Le relais U20 (junior) de l’ACRLP qui était composé de trois cadets (Lou Bellec, Anna-Claire Prémont et Noa Le Gratiet) et d’un junior (Guillaume Dupré) a réalisé une superbe performance lors des championnats de France de cross-country qui se déroulaient aux Mureaux (78). 

La formation drivée par Rémi Le Yaouanq échoue au pied du podium, dans sa catégorie, pour six petites secondes ! Rappelons qu’il s’agissait de la seule formation bretonne à s’être qualifiée pour la finale nationale. Et que ce fut une très belle expérience pour les jeunes licenciés qui ont pu courir avec des athlètes de renom comme le nouveau champion de France, Morhad Amdouni ou encore Renelle Lamotte, tous les relais étant rassemblés dans la même épreuve.

Ils étaient vingt-six athlètes de l’ACRLP au total à s’être qualifiés pour ce championnat de France. Une très belle délégation pour un club qui ne cesse de grandir.

Sur le plan individuel, on retiendra la très belle 22e place de Raphaël Emeraud chez les cadets. Trois féminines réussissent aussi à rentrer dans le top 100 de leur catégorie respective : Maïwenn Pellé est 54e chez les juniors filles ; Lou Bellec est 60e en cadettes ; et Claire Le Puil termine à la 84e place en seniors femmes.

Par équipes, les juniors filles et les cadettes terminent dans le top 20, respectivement à la 11e et 17e place.

LES PHOTOS DE MONIQUE

LES RESULTAS DE NOS ATHLETES

Le championnat de Bretagne de cross-country : une belle confirmation pour l’organisation

Après le cross départemental à Locminé, l’ACRLP et sa section pontivyenne a été chargée de l’organisation du championnat de Bretagne de cross-country 2022. Et le résultat a été à la hauteur de toutes les espérances.

Benoît Fanouillère acclamé à son arrivée.

Un parcours plaisant mais usant, un temps idéal, un site parfaitement adapté à ce genre de compétition (l’hippodrome de Kernivinen), et des bénévoles bien organisés à la hauteur de l’événement, ce championnat régional à Pontivy, a été fortement apprécié par les clubs et leurs athlètes mais également les instances de la Ligue de Bretagne. Pari réussi donc pour l’équipe de Monique et Rémi Le Yaouanq, le couple, principale cheville ouvrière de cette organisation.

Fanouillère seul au monde

Et en plus, nous avons eu du spectacle avec la très belle victoire de Benoît Fanouillère (AS 22) qui avait, il est vrai, préparé son affaire en venant reconnaître à plusieurs reprises le circuit. Lui qui s’était imposé au même endroit sur la version Open déjà imaginée par Rémi le Yaouanq en pleine pandémie (2019) a fait fortes impressions ne laissant aucun espoir à ses principaux adversaires, Donovan Christien (Banalec) et Maël Sicot. (Cima) qui complètent le podium.

Marie Bouchard et Marion Le Goff, entourées des élus.

Chez les filles, alors que Laëtitia Bleunven (Stade Brestois) avait décidé de s’aligner sur le cross court (pour le remporter), Marion Le Goff (Stade Brestois), la championne en titre, n’a pas eu de difficultés à conserver sa couronne même si ce n’est pas elle qui a passé la première la ligne d’arrivée. Marie Bouchard, l’ancienne Brestoise avait trop envie de venir préparer son championnat régional de la région parisienne, ici, chez elle, en Bretagne. Avec son maillot du CA Montreuil, elle a dominé la course de la tête et des épaules.

Quant aux masters hommes, la victoire est revenue à celui qui courrait depuis longtemps après ce titre, un certain Charles Delys (EAPB). Le master 1er année a usé ses adversaires au train avec une très belle domination.

Le cross court chez les hommes a , lui, été l’apanage de Pierre Couzinier (Stade Rennais).

A noter enfin que du côté de l’ACRLP, les juniors filles décrochent le titre par équipe et qu’une soixantaine d’athlètes ont obtenu leur billet pour les demi-finales du championnat de France.

Des milliers de personnes ont assisté à ces championnats de Bretagne. Une belle récompense pour les organisateurs.

TOUTES LES PHOTOS

TOUS LES RESULTATS

Pari réussi pour le championnat du Morbihan à Locminé

Il y a eu de belle bagarre sur la butte du Quistinic (@Gilles Queffélec)

Par les temps qui courent et cette« foutue » crise sanitaire qui nous empoisonne la vie, il fallait le faire. Organiser une compétition sportive capable de rassembler des centaines de participants et plus de 2 000 spectateurs.

C’est le pari réussi de la section de Locminé du club d’athlétisme de l’ACRLP. De son président Mickaël Offret et de sa principale cheville ouvrière, Rémi Bellec.

La butte pour les costauds

Sur un parcours qui n’a laissé la place qu’aux costauds, capables de grimper à plusieurs reprises la désormais célèbre butte de Quistinic, le spectacle a vraiment été de toute beauté. Et le public qui avait bien besoin de s’oxygéner l’esprit et de profiter enfin d’un tel événement, s’en est donné à cœur joie.

Le résultat final est là : Locminé a permis au cross-country de renouer avec le succès populaire.

Les favoris au rendez-vous

En attendant, sur le plan sportif, on retiendra que les favoris du jour n’ont pas failli malgré la difficulté du tracé. Maël Sicot (CIMA) chez les seniors n’a laissé le soin à personne de mener la course qu’il a survolé de bout en bout. Elodie Wanherdrick (AP Vannes), chez les femmes, a un peu plus attendu son heure avant de décrocher sa copine Léna Chollet (Quéven Athlétisme). Et que dire du grand moment de la journée avec la « balade » (qui n’en fut pas une) d’un homme heureux, en pleurs d’émotion sur la ligne d’arrivée. Thierry Collet, chez les masters, a certainement réussi le plus beau pari de sa long carrière (lire en encadré).

Une belle délégation chez les cadettes (@Gilles Queffélec).

Pour le reste, citons aussi l’émotion du junior Mélaine Le Palabre (Quéven Athlétisme) qui a passé la ligne en vainqueur en adressant un joli cœur à sa tante, décédée, récemment. Que le club le plus représenté a été l’ACRLP… forcément avec une très belle délégation chez les cadettes notamment. Et que la relève dans la discipline est là et bien là à l’image des 110 poussines qui ont pris le départ entourées de leur parents, tous aussi tendus que leurs protégés.

Une belle organisation

Enfin, on retiendra que côté organisation, l’ACRLP a prouvé que, malgré les mesures sanitaires (pass sanitaire obligatoire, restauration à l’écart du site et assis), il était encore possible de maintenir un grand-rendez-vous. 

Alors à dans dix jours à Pontivy pour le championnat de Bretagne.

TOUTES LES PHOTOS

TOUS LES RESULTAS

Cross-country : le Morbihan Pour Locminé, le Bretagne pour Pontivy

Incroyable mois de janvier qui se profile pour le club avec l’organisation de deux événements phares dans la saison de cross-country.

Tout d’abord, le dimanche 16 janvier 2022, c’est la section de Locminé qui accueille sur le site de La Maillette, le championnat départemental.

Puis quinze jours plus tard, ce sera à la section de Pontivy, le dimanche 30 janvier 2022, d’accueillir, sur l’hippodrome de Kernivinen, le championnat régional.

Autant dire que ces deux événements vont permettre au club de montrer tout son savoir-faire en matière d’organisation. Avec comme rouage essentiel, les… bénévoles.

Bénévoles : on compte sur vous !

Les responsables autour de la présidente Monique Le Yaouanq, comptent sur l’investissement de chacun. Et plus encore sur les nombreux adultes qui pratiquent la course à pied (ou la marche) pour le loisir au sein des différentes sections. Mais aussi les parents, si nombreux, qui ont choisi l’athlétisme pour l’épanouissement de leurs enfants.

L’esprit club a toujours été le fondement de tous les organisations que les instances confient à l’ACRLP. Alors, nous nous devons, chacun à notre niveau, d’apporter une pierre à l’édifice. Bref, on compte sur vous pour être présent sur deux événements ! Alors, merci d’avance.

Meeting de reprise à St-Brieuc

Julien Moy et Aboubacar Bass ont montré de belles qualités lors de ce meeting.

Ils étaient encore nombreux de l’ACRLP à se déplacer samedi 27 novembre à la salle Maryvonne Dupereur de St-Brieuc pour un meeting de reprise en salle. Des minimes aux seniors, toutes les catégories étaient représentées.

Parmi les nombreuses performances de la journée, on citera, entre autres, celle du junior Aboubacar Bass sur le 60 m avec un temps de 7’34 (performance de niveau IR2) devant son camarade de club, Julien Moy qui réalise un chrono de 7’46 (IR4). Le même Aboubacar qui saute à 6 m 30 à la longueur (IR4) alors que Julien, lui, affiche un chrono de 23’33 sur le 200 m (IR4).

Autre très belle course, celle de Mohammed Saïd qui claque en seniors, un 51’1 sur 400 m (performance de niveau IR2). Alors que, comme d’habitude, Elouan Millau (espoir) et Jérémy Bouhélay (senior) se sont tirés la bourre sur le 1 500 m. Le premier file vers la seconde place avec un temps de 4’04’’62 et le second termine quatrième avec un chorno de 4’04’’83 ; deux performances de niveau IR3.

Enfin, notons aussi le 400 m de la cadette Eliza Brohan (62’5 – IR4).

Retour dans cette même salle le 11 décembre prochain avec le meteing du Trégueux Langueux Athlétisme.

TOUTES LES PHOTOS

TOUS LES RESULTATS

Cross-country. L’exploit de Raphaël Emeraud !

Raphaël Emeraud a créé un sacré exploit en devenant vice-champion de France de cross-country dans sa catégorie des minimes.

Raphaël Emeraud avait été battu sur le fil au championnat de Bretagne. Il a pris sa revanche à Montauban.


L’ACRLP avait déjà réussi un bel exploit en qualifiant trente-six athlètes au championnat de France de cross-country qui avait lieu les 13 et 14 novembre, à Montauban (82).

Et la voilà qu’elle en revient avec un titre de vice-champion de France grâce au jeune et talentueux Raphaël Emeraud qui monte sur la seconde marche du podium chez les minimes.

On le savait doué

Ses coaches le savaient doué. Encore fallait-il qu’il le prouve dans une grande compétition officielle. C’est désormais fait. Raphaël Emeraud avait déjà commencé à pointer le bout de son nez lors du championnat de Bretagne à Carhaix, quinze jours plus tôt.

Là, sur une distance un peu plus courte qu’à Montauban, il cédait sur le fil (battu au sprint) le titre à Glenn Thomas du Haute Bretagne Athlétisme.
Mais c’était certainement pour revenir encore plus fort pour le championnat de France. À Montauban, avec le maillot de la sélection bretonne, Raphaël qui s’entraîne chez lui à Moustoir-Ac, là où il demeure mais aussi à Locminé et à Pontivy où il est désormais au lycée, a su attendre son heure.
« C’est parti vite, comme d’habitude. Je me suis bien calé entre la dixième et la quinzième place ». Et quand la course s’est emballée, celui qui engrange de l’expérience au fil des compétitions, ne s’est pas affolé. « Certains ont voulu montrer qu’ils étaient capables de suivre et ils se sont ensuite grillés ». Raphaël, lui, a su attendre son heure « Et là, quand tu commences à remonter un à un tes adversaires, ça te booste ! ».
La fin de la course ? « C’était énorme ! Au fur et à mesure que je doublais les concurrents, je me disais que le podium était en train de me tendre les bras ! ».

« C’était énorme ! »

Raphaël Emeraud finira même par passer devant le champion de Bretagne en titre, celui-là même qui l’avait battu quinze jours plus tôt.
À lui-seul d’ailleurs, il a tiré sur toute la sélection bretonne lui permettant d’être sacrée championne de France !

Une médaille d’or et une autre d’argent, c’est quand même fort. « Oui, affirmait-il deux jours après l’événement. C’est ma plus belle course. J’ai bien géré. Ma stratégie était la bonne. Et j’ai adoré courir en équipe avec la sélection ».

Nul doute que le jeune homme a désormais passé un cap.


« J’ai vite envie de remettre les pointes. Forcément, mes ambitions sont plus fortes désormais »

Mais Raphaël ne veut pas brûler les étapes. Il est encore jeune. « Je ne me fixe pas un objectif particulier. Je vais prendre les courses comme elles viennent ». Avec cependant, en ligne de mire, deux événements très attendus dans le Morbihan : le championnat départemental qui se déroulera chez lui, à Locminé, puis dans la foulée le championnat de Bretagne à Pontivy. De quoi, bien évidemment, briller sur ses terres.


Les autres résultats


Derrière, les autres membres de son club de toujours, ont surtout beaucoup appris de ce championnat de France. Une très belle expérience pour tous ces jeunes qui aspirent à progresser.
On retiendra aussi (et quand même) que les Pontivyennes Lou Bellec (61e) et Anna-Claire Prémont (80e) ont aussi été sacrées vice-championnes de France par équipe avec la sélection bretonne.

Que les cadets terminent à la 14e place (sur 30), avec Guillaume Dupré (79e), Noa Le Gratiet (104e), Martin Butard (207e) et Thomas Chenais (223e).

Que les cadettes terminent à la 22e place avec Prune Lecoq (220e), Romane Le Bohan (221e), Youna Dejour (230e) et Mélanie Gastineau (242e).

Que l’équipe des masters hommes termine à la 22e place aussi avec Christian Macé (65e), Philippe Noguès (220e), Mathieu Le Rohic (239e), Jean-Marie Chambellan (249e) et Vincent Tempier (257e).

Que l’équipe des Elites femmes se classe 20e avec : Claire Le Puil (107e), Fatima Noguès (108e), Camille Rio (184e) et Emeline Guigueno (289e).

Et enfin que le relais toutes catégories confondues passe la ligne en 12e position avec Claire Le Puil, Jules Kerjean, Camille Rio et Jérémy Bohélay.

Bernard Dufour en route pour une nouvelle aventure !

Bernard Dufour est fin prêt pour son nouveau défi.

Il avait envie de repartir. De sortir de nouveau, comme il dit, de sa zone de confort. Bernard Dufour, licencié au club (section de Pontivy) depuis maintenant 3 ans, va partir pour le Mozambique, à l’Est, juste au-dessus de l’Afrique du Sud pour participer à l’Ultra Africa Race. Une épreuve en auto-suffisance longue de 220 kilomètres qui se déroulera du 20 au 25 novembre 2020.

C’est le 16 novembre plus exactement qu’il va quitter les siens, là où il demeure à Silfiac. Pour prendre la direction de Paris afin de récupérer ce sacré passeport qu’il a tant eu de mal à avoir.

Puis il s’envolera pour Johannesburg avant de rallier Maputo là où aura lieu le départ.

Sa famille lui fera des… grimaces

Et comme d’habitude, il n’oubliera pas de partir avec la traditionnelle photo des siens « qui font des grimaces ». Estelle, son épouse, Sandro et Sacha, ses deux garçons pourront alors lui faire de l’œil de loin lorsqu’il sera en galère. « Dans ce genre d’épreuve, explique-t-il, le plus difficile est de ne pas pouvoir partager ses émotions ».

Ils ne seront que… vingt au départ. De sept nationalités différentes. Au programme, cinq étapes de 35 à 55 kilomètres par jour avec… 4 000 mètres de dénivelé… quand même !

Mais l’homme a désormais l’habitude de ce genre de raid. Du marathon des Sables aux 444 kilomètres sur le GR 37 (Bretagne) en passant par la Trans 333, Bernard Dufour sait qu’il va souffrir.


« J’aime les défis et les challenges. Sortir de ma zone de confort. Le corps a des capacités d’adaptation incroyable et insoupçonnée. Je trouve très excitant l’idée de partir juste avec un sac à dos et être en totale communion avec la nature ».

Bernard Dufour

Comme il le fait très souvent, Bernard en profitera pour envoyer quelques fournitures scolaires aux enfants du Mozambique. Il a lancé une cagnotte pour cela parce qu’il considère « d’avoir de la chance de pouvoir réaliser ce type de défi et qu’il est normal d’en faire partager les habitants en améliorant un peu leur quotidien ».

Il va se nourrir des paysages

A Pontivy, il s’est préparé avec minutie et rigueur. En s’appuyant sur les conseils de Rémi Le Yaouanq. « Pour cette course, ce sont trois mois de travail spécifique : courir doucement et moins fatiguer le corps avant l’épreuve ». Lui qui s’entraîne autrement comme beaucoup d’autres licenciés deux fois par semaine.

Et il a bien préparé son sac. Son fidèle ami. Celui qui sera essentiel à sa condition.


« Le poids du sac a toujours été mon combat. Il fera 7 kilos sans eau mais j’ai fait des choix drastiques ».

Bernard Dufour

Pas de bâtons, pas de matelas ni même de vêtements de rechange. « Je laverai chaque jour, mes tenues ». Il aura une combinaison de peintre pour la nuit, Et a prévu 2 000 calories par jour. « Beaucoup préfèrent avoir plus de confort. Moi, je suis dans ma bulle et je me nourris des paysages ».

L’athlète est désormais prêt. A affronter les éléments, la solitude, la nuit, la fatigue, la douleur. « Le mental joue un rôle essentiel car les difficultés arrivent toujours au mauvais moment ». Il s’appuie sur la sophrologie, sur la pensée positive. « Quand tout va mal, tout va bien et inversement. La lumière, lâche-t-il, est toujours au bout du tunnel ».

Tout un club derrière lui

Et puis il y aura sûrement le regard de ces enfants qui respireront le bonheur et la joie lorsqu’il remettra ses fournitures. Bernard veut aussi le faire pour eux. Veut aussi souffrir pour eux.

Une chose est sûre : quoiqu’il arrive, il pourra compter sur ses camarades de club. Ils vont le suivre et lui transmettre, chaque jour, toute leur force. « Oui, je vais avoir besoin d’eux. Je les remercie d’ailleurs car j’ai déjà reçu beaucoup d’encouragements de leur part ».

Estelle, son épouse, postera chaque jour une situation de la course, sur les réseaux sociaux (1). Il fera de son côté, un reportage sur cette aventure et sur son opération de solidarité.

« J’ai soif de découvrir un nouveau pays, de vivre une nouvelle aventure ».

Bon vent Bernard et à bientôt.

(1) Page Facebook Bernard Dufour.