«

»

Bastien, gendarme et… boute-en-train

Bastien Fabre a 36 ans. Il est licencié depuis peu à l’ACRLP. Gendarme mobile dans la vie, il est pacsé, a un petit garçon et habite Pontivy.

1 – De quand date votre première licence à l’ACRLP ? Et pourquoi avoir choisi l’ACRLP ?

Si ma mémoire ne me fait pas faux bond, je pris une licence fin novembre 2016.
J’avoue avoir choisi l’ACRLP un peu par hasard. Je cherchais un club et je suis tout bonnement allé au stade du faubourg de Verdun un samedi après-midi. Et, devinez quoi ! Je suis tombé sur le coach qui entraînait les jeunes.
Avec le recul, je sais maintenant que les probabilités de le croiser au stade sont vraiment très importantes !

2 – Vous êtes-vous déjà essayé à d’autres disciplines sportives ? Lesquelles ?
Essayé, c’est le terme… Je n’ai jamais pratiqué un sport de manière aussi régulière que depuis que je suis au club. Mais j’ai essayé le judo, le Ju-Jitsu, la boxe thaï, le MMA, l’équitation, la randonnée, le ski, mais surtout, ne me mettez jamais un ballon dans les pieds, ou les mains, je suis une vraie catastrophe !

3 – Pourquoi courez-vous ? Qu’est-ce que cela vous apporte ?
Je cours pour plusieurs raisons. La première étant, tout simplement, pour l’entretien physique que requiert mon métier.
Aussi, je cours pour améliorer mes capacités respiratoires qui ont toujours été mon point faible. Et je cours pour comme certains le savent déjà….pouvoir manger du chocolat !
Depuis que je suis au club, courir me détend et m’apporte la satisfaction personnelle que nous avons tous en voyant les progrès que nous faisons.

4 – C’est quoi votre spécialité dans la discipline (le fond ? La vitesse ? Un lancer ? Etc.) ?
Ma spécialité, c’est dire des bêtises et mettre l’ambiance ! (1)
Non, plus sérieusement, je ne pense pas avoir de spécialité.
Il est bien trop tôt et ce serait vraiment prétentieux de penser que j’en ai une.
J’en suis encore au stade de bébé en course à pied comme dirait notre coach !

5 – Depuis que vous êtes licencié à l’ACRLP, quel est, pour vous, votre meilleur résultat ou votre plus belle course ?
Ma plus belle satisfaction est sans aucun doute le semi Loudéac-Pontivy où j’ai réussi à faire 1h50’23. Mais encore plus que le temps, ma plus grande satisfaction vient du fait que j’ai eu de très bonnes sensations et que je me sentais encore bien à l’arrivée. Ce qui est un bon présage pour l’avenir, et ce, grâce à la préparation du coach.
Avant cela, j’avais réussi à faire un temps honorable (1h34 sur le 15km) sur le TKB en 2017 et c’était aussi une grande fierté pour mon faible niveau.

6 – Quels sont vos objectifs sportifs à court terme ?
À court terme, je veux montrer à Julie (Queffélec) qui est le patron et servir de lièvre à Florence et Elisa….
Beaucoup plus sérieusement, je commence à me sentir bien en endurance, mais dès qu’il faut monter de manière un peu violente dans les tours, mon cardio ne veut toujours pas suivre. C’est donc de ce côté-là que je souhaite travailler pour pouvoir taper beaucoup plus dans les distances que sont les 8 et 10 km.

7 – Votre point fort dans la course à pied ?
Difficile à dire, mais si je devais répondre à cette question, je dirais ma faculté à avoir toujours la petite réserve pour un p’tit sprint final, quelle que soit la distance, même si je dois moins « labourer le terrain ».

8 – Et votre point faible ? Là où vous vous devez de vous améliorer…
Ben là, clairement, la liste est longue. Ma résistance à l’effort d’un point de vue cardio (je montre trop vite dans les tours et une fois le cap passé, je subis ma course) ; ma foulée qui manque de souplesse, notamment dans les descentes ou je me fige et risque la blessure en plus de perdre du temps ; et mieux me connaître pour savoir gérer mon effort.

9 – Vous mangez quoi avant une course ?
Comme tout le monde, des pâtes ou du riz complet et je bois beaucoup.

10 – C’est qui votre « pote » d’entraînement ? Celle ou celui avec qui courir est un plaisir ?
J’ai beaucoup de potes d’entraînement !
En fait, j’aime tout le monde dans ce club, que ce soit nos chères « demoiselles », vétérans comme, les deux Monique, Armelle et tout ce groupe que j’adore, qui me fait oublier les soucis du quotidien avec leur sourire et leur gentillesse ; messieurs les vétérans aussi comme Yvon, Didier, Christian, Gilles, Sylvain, entre autres, avec qui j’adore courir et prendre leur expérience, notamment en matière de régularité, d’humilité et dont j’adore les petits pics gentils d’encouragement.
Bien entendu, j’adore les petits jeux de taquinerie avec les jeunes comme Julie, Elisa, Cathy, Lisa, grâce à qui je repousse toujours un peu plus mes limites, dans la bonne humeur et l’humilité car je sais qu’à la fin, elles ont toujours le dernier mot.
Sinon, mes partenaires les plus régulières d’entraînement sont les deux Florence, Nathalie, Chantal, Emilie et Julie et Cathy et Elisa pour les courtes distances.
Désolé si je ne cite pas tout le monde mais tout le monde m’apporte quelque chose de positif ici.

11 – Quand vous ne courez pas, vous faites quoi (autres loisirs) ?
Lorsque je ne cours pas, je fais de la moto et des voyages et visites en famille pour me ressourcer.

(1) il a une spécialité : porter des tee-shirts avec des messages qui en disent long sur sa personnalité !